Qu’est-ce qu’une action de société ?

Lorsque l'on parle d'actions, le premier mot qui lui fait écho est bourse. Et vu les aprioris qui s'en dégagent (spéculation, risque, grande fortune...), on ne peut pas dire que cela donne envie de s'y intéresser. Et pourtant, l'actionnariat est sujet de société qui dépasse de très loin le simple sujet de l'investissement. A ce titre, découvrez qu'est-ce qu'une action

On n'a vraiment peur que de ce qu'on ne comprend pas. Guy de Maupassant

qu'est-ce qu'une action

Une action représente une fraction du capital social d’une entreprise. Le détenteur d’une action est propriétaire d’une quote part de la société émettrice.

Droits des actionnaires

Par ce biais, l’actionnaire a plusieurs droits :

  • celui de siéger et de voter en assemblée générale qui permet de valider les actions des mandataires sociaux, mais aussi d’influer sur la politique générale de l’entreprise. Ce droit peut lui être retiré de manière statutaire,
  • le droit à l’information, notamment sur les comptes de la société,
  • le droit financier de décider du sort du résultat de l’entreprise et de percevoir des dividendes.

Les principales caractéristiques d’une action

Les actions disposent de plusieurs caractéristiques.

La première d’entre elle est leur valeur nominale. Cette valeur représente le montant apporté à l’entreprise à son origine ou lors d’une augmentation ultérieure de capital. Ce montant n’évoluera pas dans le temps, sauf cas d’opération sur titres. Il ne faut pas la confondre avec la valeur vénale de l’action qui correspond au cours de bourse pour les actions cotées.

La valeur vénale d’une action est sa valeur de marché.

Action cotée ou non cotée

Le type d’action. Une action peut être cotée ou non cotée.

Une action est cotée du moment où elle peut être vendue ou achetée à travers les bourses mondiales telles que le New York Stock Exchange ou Euronext Growth (ex Alternext). La valorisation et la liquidité des titres est assurée en temps réel par ces grands opérateurs. Cette cotation impose de fortes contraintes sur les entreprises émettrices.

Les actions non cotées sont quant à elles échangées de gré à gré. Charge au vendeur et à l’acheteur de se mettre d’accord sur la valeur des titres. Il existe pour les aider plusieurs méthodes de valorisation d’entreprise.

Le saviez vous ?

Action de préférence

Les actions de préférence sont des actions disposant d’un type particulier de droits. Les statuts de la société peuvent prévoir des avantages financiers, comme des dividendes prioritaires, mais en contrepartie ne donnant aucun droit de de vote.

Qui peut acheter une action ?

Toutes les personnes peuvent acheter des actions que ce soient des personnes physiques ou des personnes morales.

Comment acheter une action ?

Le nombre d’actions d’une société étant limité, vous devrez attendre que des actions soient disponibles à la vente avant d’en faire l’acquisition. Cela se produit en cas de vente exprimée d’une actionnaire ou lors d’une augmentation de capital de la société.

En fonction du type d’action, vous pourrez acheter ses actions soit à travers un compte d’instrument financier (compte titres ou PEA), soit en direct auprès de la société émettrice. Ce dernier mode d’acquisition n’est possible que dans le cadre de titres nominatif.

comment acheter une action

Création de société et augmentation de capital

A son origine ou dans le cadre d’une augmentation de capital, une société souhaite disposer de fonds afin de développer ces activités. Que l’on soit face à une société cotée ou non cotée, les moyens de communication disponibles à la société sont différents.

Les sociétés cotées peuvent faire appel public à l’épargne. Cette procédure réglementée permet à la société de recourir pour le placement de ses titres aux services des banques ou des établissements financiers ou des intermédiaires en opérations de bourse, soit à des procédés de publicité quelconques, soit au démarchage. Ce n’est pas le cas des sociétés non cotées !

Le saviez vous ?

Augmentation de capital et primes d’émission

La valeur nominal d’une action étant fixe, un problème se pose lors des augmentations de capital. Car tout nouvel apport de capital peut venir désavantager les actionnaires existants. La valeur du capital social ne reflétant pas la valeur réelle de la société.

Pour protéger les intérêts des actionnaires et préserver l’équité, la société peut mettre en place une prime d’émission pour toute souscription de nouvelles actions.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les frais d’émission, vous trouverez en cliquant sur ce lien un article très complet sur le site du blog du dirigeant.

Pourquoi acheter des titres de sociétés ?

L’acquisition de titres de société peut répondre à plusieurs motivations qui peuvent être financières, économiques et/ou sociales.

Les motivations financières

D’un point de vue financier, une action est un véhicule de placement permettant à son propriétaire de :

Spéculation ou Investissement long terme

Investir en action est considéré à juste titre comme un investissement long terme. La durée minimale et recommandée par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) est de 10 ans. Cette dernière a été étalonnée sur la durée des cycles économiques, même si elle s’avère de plus en plus courte du fait de l’accélération de la mondialisation. Est-ce vraiment toujours d’actualité ?

La stratégie de vente à objectif de cours

Pour gagner de l’argent en bourse, il est important de savoir gérer correctement le timing market. Car contrairement aux apparences, il est plus complexe de vendre une action dont la valeur monte que de l’acheter. La raison est simple : la perspective de voir continuer la valeur monter ravive la cupidité qui sommeille en tout investisseur. Une seule solution pour éviter cela : se fixer un objectif de cours pour revendre les titres.

Pourquoi est-il important de savoir gérer la vente d’une action ?

Même si les bonnes affaires se font à l’achat (décote), elles deviennent réelles uniquement au jour de la vente des titres. Car avant cela, la plus values reste latente. Vous serez virtuellement riche. Gardez toujours à l’esprit que le gain se fait au moment de la vente des actions. Pour cette raison, si vous souhaitez spéculer en bourse, fixez-vous un objectif de vente dès l’achat des titres !

Investissement long terme

L’investissement en bourse à long terme se fait de plus en plus rare. On constate que les investisseurs ont de plus en plus de mal à supporter la volatilité des marchés financiers. Le krach boursier de 2001 a fait énormément de mal notamment aux investisseurs français, cassant le paradigme du gain sur les marchés financiers sur longue période. Alors est-ce réellement la fin du modèle « buy and hold » ?

Mais avant tout, savez-vous ce qu’est le « buy and hold » ? Comme son nom l’indique, cette méthode consiste à acheter une action et la conserver le plus longtemps possible. Cette stratégie s’appuie sur l’efficience des marchés financiers pour dégager de la performance dans la durée, que ce soit à travers la perception de dividendes ou l’augmentation de la valeur du titre. Hors si on occulte un de ses deux moteurs de performance tel que le dividende comme le fait l’indice CAC 40, on peut penser que le marché français est toujours sous son plus haut historique 20 ans plus tard. Alors qu’en réalité, c’est tout le contraire…

Les actions, un placement de choix pour obtenir de revenus complémentaires

Lorsque l’on évoque revenus complémentaires, on pense immédiatement à l’immobilier au travers de la perception de loyers réguliers. Alors voyons ensemble quelles sont les raisons pour lesquelles les actions semblent peu appropriées.

Les actions ne génèrent pas de revenus réguliers dans le temps

C’est FAUX !

A travers les dividendes, les investisseurs en titres de sociétés perçoivent des revenus tous les ans. Ces revenus peuvent être soit perçus comme compléments de revenus, soit réinvestis en actions pour maximiser le gain à long terme. Vous trouverez pour exemple l’historique du dividende du titre Total depuis 1996. Vous serez d’être très agréablement surpris !

La fiscalité des dividendes est très élevée

C’est une nouvelle fois FAUX !

Si vous souhaitez optimiser la fiscalité, vous pouvez loger vos actions au sein d’un PEA. Vous n’aurez aucune fiscalité sur les dividendes. Seuls les prélèvements sociaux seront dus, soit 17,2% à ce jour. Qui dit moins ?

Les dividendes érodent le capital a long terme

FAUX !

Par contre, il est vrai que vous aurez de meilleurs rendements dans le temps en réinvestissant systématiquement les dividendes.

Les motivations extra-financières

De plus en plus, les investisseurs cherchent à donner du sens à leur épargne. Car en plus de gagner de l’argent, l’épargne peut être utile à développer des projets écologiques et sociétaux.

acheter une action française un acte patriotique

Acheter des actions françaises, un acte citoyen

Vous avez surement entendu parlé du patriotisme économique. L’achat d’action française en fait partie. Mais savez-vous en quoi cela consiste ?

Les sociétés cotées peuvent être rachetées par des opérateurs étrangers. Le manque d’investissement des particuliers français rend plus facile les acquisitions des entreprises françaises. La raison : un manque de connaissance du grand public des enjeux de détenir des actions.

Pourquoi le rachat des entreprises françaises par des entités étrangères posent problème ? La raison principale : l’emploi. Car autant l’acquéreur vient chercher une expertise, une clientèle, un réseau de distribution, des brevets, une image de marque… Il est rare que la préoccupation était de conserver tous les sites avec leurs emplois. La première victime : le siège social et les fonctions support qui font systématiquement doublons.

Aider des start-up et ETI à développer des projets innovants

L’innovation se fait depuis des années dans les TPE et PME. Mais pour passer le cap et développer leurs idées à grande échelle, elles ont besoin de capitaux. Le meilleur exemple : le vaccin de la COVID-19.

Dès lors que nous sommes sur des entreprises privées, elles n’ont de choix que de faire appel à l’épargne privée pour obtenir du capital social. Capital social qui est le carburant nécessaire pour développer des projets consommateur en capitaux à court terme, mais qui sont nécessaires pour faire avancer services et produits utiles à la collectivité.

L’avantage d’investir dans ce type de société : vous avez le choix de soutenir les projets auxquels vous êtes sensibles !

Mais surtout, plus nous aurons d’investisseurs français et plus cette expertise restera en France. Les licornes sont obligées de s’expatrier au Etats-Unis pour aller chercher les capitaux suffisants à leur développement. A titre de comparaison, les levées de fonds aux USA dépassent couramment le milliard d’euros, là où en France, on plafonne très souvent aux alentours de 250 à 350 millions d’euros. Malheureusement, un fossé qu’il faudra plusieurs dizaines d’années surement pour le combler…

Cet article vous a plu. Alors partagez le sur les réseaux sociaux !

Avertissements: les informations contenues dans nos articles et guides sont par nature génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle. Par conséquent, elles ne peuvent en aucune façon constituer des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions d’achat ou de vente d’instruments financiers ou bien être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier. Le lecteur est le seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre les éditeurs du site legira.fr ne soit possible. La responsabilité du site legira.fr et de ses auteurs ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.